• Qui se cache derrière « mamentreprend »!?

Je m'appelle Marion, et j'ai 27 ans. Je vis en Auvergne, avec mon chéri, mon bébé de 6 mois, mes 2 belles filles et nos chats ! Une jolie tribu en somme ! Je suis actuellement en congé parental encore quelques temps, avant de reprendre mon travail salarié de chargée de projets. La maternité a changé un tas de choses pour moi. C'est tellement commun, pourtant tellement vrai. Un raz de marée, positif pour la majorité, et puis je traine aussi quelques casseroles moins rigolotes qui se dissiperont dans le temps :)

  • Si tu devais nous partager un moment fort de ton expérience de maman, lequel serait-ce? Pour quelles raisons as-tu choisi celui-ci? (la team curieuses) 

Voir mon fils dans les bras de mon chéri, son papa, alors que j'étais encore dans la salle d'opération. J'ai en effet eu un placenta praevia recouvrant, et ai dû être accouchée d'urgence 2 mois en avance (j'étais déjà à l'hopital depuis 15 jours suite à des hémorragies). 

J'ai prévenu mon chéri en catastrophe, parce qu'il avait 45 min de route pour venir, et que ma hantise était d'accoucher sans luiseule dans cette salle froide et impersonnelle (alors que notre projet initial, avant de connaitre ma pathologie, était d'avoir un accouchement naturel, sans péridurale, sur un plateau technique avec ma sage femme)... 

Bref, chéri est arrivé à temps, mais a été interdit de salle. Ma césarienne a été assez traumatisante, je les sentais tout faire à l'intérieur de moi, notamment enlever mon fils où j'ai eu l'impression d'être vidée (sans avoir mal mais tout de même), et j'ai fait une autre hémorragie qu’ils ont eu du mal à contenir (je les entendais douter de leurs pratiques, et de leur début de panique, c'était assez dur à vivre, et j'ai dû être transfusée. Tout ça pour qu'ils finissent par ouvrir brièvement la porte du bloc, sur insistance de mon chéri (lui têtu ? non !^^), et que je puisse voir mon si beau bébé dans ses bras. A ce moment là, je me suis dit, "je n'ai pas envie de mourir, mais si mon heure est là, au moins notre fils est en sécurité avec son papa, et il va bien".

  • Si tu devais définir la maternité en 1 mot, ce serait lequel? et Pourquoi?

Magnifique. Parce que j'ai de l'endométriose. Nous avons eu notre fils grâce à la médecine, après avoir un temps renoncé à être mère (c'est dur quand on y pense, de se dire ça à 20 ans). J'ai rencontré mon compagnon déjà papa, et j'ai senti que c'était grâce à lui que j'étais prête et que je pourrais oser. Moi la réfractaire à la médecine. Et puis 1er essai, 1ere réussite. Et puis lui, le savoir que c'est un lui depuis les débuts, moi qui voulait une elle toute ma jeunesse. Donc Lui. Il est là. Réel, dans mes bras. Alors peu importe la fatigue très intense des 1ers mois, peu importe les peurs, les angoisses. Il est là. Et ça, c'est magnifique.

  • Si tu avais un conseil à donner aux mamans et aux futures mamans, lequel serait-ce ? ( et pourquoi pas aux papas)

Pour les mamans, de s'écouter et de se faire confiance. Vous êtes la meilleure personne qui connait les besoins et réactions de votre bébé. Et autorisez vous à des fois pleurer et avouer avoir besoin d'aide à votre chéri, ou votre maman, ou toute autre personne de confiance. Pour les papas, soyez présents et réconfortants auprès de votre compagne. La maternité bouleverse tellement de choses. Et soyez également patients et tolérants. Envers vous, envers le quotidien qui change, votre compagne, ce nouveau petit être et votre nouveau rythme de vie.

  • "Il n'y a aucune recette pour devenir une mère parfaite, mais il y a mille et une façon d'être une bonne mère"

Bien d'accord. Nous sommes toutes différentes en tant que femmes, alors pourquoi ne le serions nous pas en tant que mères ? C'est génial je trouve. Tant de façons d'être et de possibilités d'apprendre les unes des autres ! 

  • Il y at'il autre chose que tu souhaites partager ? C'est à toi --→

Chaque femme/maman recèle en elle une personne extraordinaire, à ne pas en douter. Plus jeune, je disais à ma mère que je ne ferais pas les mêmes erreurs qu'elles, j'étais en colère contre elle, et contre ses choix. Bien qu'aimante, je la jugeais durement. Et puis j'ai grandi, et puis je suis devenue mère à mon tour. Et j'ai compris. Qu'elle a fait du mieux qu'elle a pu, avec les outils qu'elle avait à cette époque. Que nous ne sommes pas parfaites. Mais que nous faisons toutes au mieux, en pensant bien faire. Merci pour cette tribune <3

Merci beaucoup Marion, pour nous avoir partagé un peu de ton histoire de maman. 

Si ce témoignage vous a plu, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire ou à le partager autour de vous.

Et si vous aussi, vous souhaitez partager votre expérience de maman, contactez nous.

Partager ce post

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour l'instant