• Qui se cache derrière ojel_labs!?

J'ai 36 ans et je vis à Toulouse mais je viens d'un petit village près de Châtellerault où est né Gilles de la Tourette (ça ne s'invente pas...). Entre temps, j'ai vécu à Poitiers, Lille et Paris pour mes études et le début de ma vie professionnelle. Je suis arrivée à Toulouse pour rejoindre mon amoureux (qui a fait ses études à Poitiers en même temps que moi, on ne s'est jamais croisés !) qui est devenu mon mari et qui est le papa de mon Léonard. Nous sommes très fusionnels. On a beaucoup, beaucoup profité de notre vie de couple et à cause de quelques ennuis de santé, Léonard a pris son temps pour arriver. D'ailleurs à aucun moment il n'a été pressé puisque j'ai accouché trois jours après le terme prévu. 

  • Si vous deviez nous partager un moment fort de votre expérience de maman, lequel serait-ce? Pour quelles raisons avez-vous choisi celui-ci? (la team curieuses)

J'ai eu une grossesse stressante. J'ai de l'endométriose et six mois avant d'être enceinte de Léonard, j'ai dû me faire opérer et me faire retirer une trompe. Trois mois plus tard, j'ai fait une grossesse extra-utérine cornuale rompue avec une importante hémorragie interne. On m'a de nouveau opérée, en urgence cette fois-ci. Lorsque j'ai découvert que j'étais de nouveau enceintej'ai fondu en larmes, je ne pensais pas que ça arriverait si tôt. C'était trop tôt pour moi, j'étais terrorisée. J'avais peur qu'il m'arrive encore une tuile, peur de perdre mon bébé. Finalement, ma grossesse s'est très bien passée et à part quelques chutes de tension et des nausées épouvantables au premier trimestre, j'étais plutôt très en forme. Je n'ai pas "profité" de ma grossesse. J'étais trop angoissée pour apprécier cet état. Mais bizarrement, je n'avais pas peur d'accoucher (j'aurai dû, pourtant !) 

  • Si vous deviez définir votre grossesse ou allaitement en un mot, lequel serait-ce ? 

Angoissante :Je n'ai pas "profité" de ma grossesse. J'étais trop angoissée pour apprécier cet état. Mais bizarrement, je n'avais pas peur d'accoucher (j'aurai dû, pourtant !) 

  • Si vous deviez donner un conseil aux mamans et aux futures mamans, lequel serait-ce ?

Je n'ai pas de conseils à donner aux autres mamans ou aux futures mamans. Moi-même je suis une galérienne de la maternité. Un jour après l'autre, j'apprends. J'ai eu beaucoup de mal au début ; j'étais dans tous mes états à chaque fois que mon bébé pleurait. Au bord des larmes et complètement en panique. J'avais l'impression que je n'y arriverais jamais. Mon mari a pris les choses en main, heureusement... Et puis, au bout de quelques jours, j'ai surmonté mes peurs et j'ai commencé à "m'approprier" mon bébé. Donc, mon conseil : CHOISISSEZ UN MARI DÉGOURDI ! 

Blague à part, si vous vous sentez gauches et à côté de vos pompes, ne vous inquiétez pas, on finit toujours par y arriver. 

  • "Il n'y a aucune recette pour devenir une mère parfaite, mais il y a mille et une façon d'être une bonne mère"

La perfection n'est pas de ce monde, de toutes façons. Et je ne sais pas exactement ce que c'est, être une bonne mère. Je sais que la mienne en est une et j'espère que je le serai aussi. J'ai accouché par césarienne et je l'ai très mal vécu. J'ai très mal vécu d'être séparée de mon bébé pendant presque 3h00 juste après sa naissance. J'ai eu du mal à réaliser que j'avais un bébé. En plus, je ne pouvais pas me lever pour m'en occuper. J'étais tellement fatiguée et j'avais tellement mal partout que finalement, je ne voulais plus allaiter mon bébé. C'est mon mari qui a insisté, qui m'a dit d'essayer et qu'on verrait bien... C'est en allaitant que j'ai fini par me sentir maman

Merci beaucoup Aurélia pour ce témoignage à la fois drôle et touchant(tout elle en somme!)

Si vous aussi, vous souhaitez partager votre expérience, nous parler de sujets qui vous tiennent à coeur, comme le maternage proximal, l’allaitement ou la maternité, c’est possible et ce sera avec plaisir.

Venez nous parler ici:)

Partager ce post

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour l'instant